Les parents parfaits n'ont pas d'enfants !

Fotolia 80360063 xs

A l'arrivée d'un enfant, les parents ont souvent tendance à s’oublier.

Une maman perd environ 600 heures de sommeil lors de la première année de son enfant.

Fotolia 68419680 xs

Accepter de parler de ses difficultés, c’est déjà 50% du chemin !

Comme beaucoup de parents, vous êtes dans la quête effrénée d’être « le parent parfait ».

Vous culpabilisez, vous vous sentez en échec. Vous avez parfois le sentiment d’être de mauvais parents et de ne pas être à la hauteur.

Ces sentiments génèrent des conséquences importantes dans votre rôle éducatif, dans vos relations familiales et dans votre couple.

Vous rencontrez des difficultés pour : 

  • Poser des limites
  • Vous faire respecter
  • Gérer les conflits
  • Gérer vos émotions et vos comportements
  • Gérer les émotions et les comportements de vos enfants  

 

Fotolia 56511421 xs
Fotolia 57136173 xs
Fotolia 54769710 xs

Bien que nous passions la plus grande partie de notre journée à communiquer, nous n’avons pas appris à le faire !

Et encore moins à le faire dans un but réellement respectueux des autres et de soi. 

Fotolia 58203690 xs

Comment bien vivre ensemble en famille ?

Il n’est pas toujours évident de sortir d’un système bien installé ! 

Arrêter la spirale infernale c’est possible.Vous avez besoin d'échanger sur vos difficultés pour sortir de l’isolement.  

Je vous propose de faire en famille l’expérience d’un nouveau fonctionnement et de retrouver la confiance.

Pas de recettes toutes faites, mais des mises en situations concrètes qui permettront aux adultes et aux enfants de :

  • Comprendre les mécanismes de la relation
  • Prendre conscience de leur communication ainsi que des effets sur la famille 
  • Augmenter sa confiance en soi et son estime de soi
  • Trouver sa place dans la famille,
  • Se questionner sur son rôle, sur ses responsabilités et sur ses valeurs éducatives
  • Apprendre à gérer les conflits
  • Améliorer les relations et retrouver du plaisir à être en famille
  • Développer la coopération
Fotolia 71278262 xs

« L’amour que l’on donne à un enfant, est le seul amour que l’on donne à quelqu’un pour qu’un jour il nous quitte. »

Tout parent normal est supposer aimer son enfant et celui-ci l’aimer en retour.

Chacun semble persuadé que l’amour arrive chez le parent en même temps que l’enfant nait. L’amour naitrait donc comme un réflexe dans le cœur du parent et de l’enfant. Cependant, chez les humains l’amour parental n’a rien de naturel.

Certains parents ne parviennent pas à aimer leurs enfants et contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire, ils ne sont pas forcément des monstres. Parfois, ils ne peuvent pas leur donner ce qu’ils n’ont pas reçu.

Donner de l’amour implique que l’on en ait en soi. Ce n’est possible qu’à 2 conditions :

  • Enfant avoir été aimé par ses propres parents ou par des figures de substitutions.
  • Avoir dans son parcours personnel pris conscience de ce manque d’amour. La conscience du manque ne remplace pas l’amour mais il permet de donner un contour à l’absence. Le parent pourra ainsi dire à son enfant « je sais pour en connaître la douleur d’en avoir été privé, ce que représente pour un enfant, l’amour de ses parents. Cet amour je te le donne. Je te donne ce que l’on ne m’a pas donné. »

Pourquoi l’amour ne suffit pas ?

L’éducation, c’est avant tout mettre des règles, les expliquer et les faire respecter !

Mais c’est aussi être capable de sanctionner si les règles sont transgressées.

Le travail des parents est d’aider les enfants à devenir civilisés. Car, on ne nait pas civilisé, on le devient.

Il faut sortir de l’idée du « ça se fera tout seul » ou du « ça va se passer, il va grandir ». 

Devenir civilisé ne suppose pas une simple opération de surface. Ce n’est pas une sorte de « vernis social » qui permettrait à l'enfant de devenir fréquentable. Non, c’est une véritable transformation en profondeur.

Entre un adolescent qui a été « civilisé » et celui qui ne l’est pas, il y a un véritable océan. 

L’éducation permet à l’enfant de devenir humain. On ne peut pas devenir humain sans éducation. Un enfant qui naît est un humain qu’il va falloir humaniser. L’éducation met en jeu les parents et les enfants. L’enfant doit s'impliquer, il participe à part entière.

Tous les parents sont compétents pour éduquer leurs enfants, s’ils se conduisent comme s’ils ne le pouvaient pas la faire, c’est que leur histoire personnelle ne leur permet pas d’avoir accès à leurs compétences et ils devront se faire accompagner et travailler leur histoire.

L'apprentissage des interdits

C’est entre 18 mois et 4-5 ans que l’enfant doit apprendre les règles de la vie avec les autres.

L’éducation sera l’équilibre entre les gratifications et les frustrations.

Ce que les limites apportent :

  • Pour chacun : elles posent les parents et les enfants face à la réalité et installent l’enfant dans une sécurité affective qui lui permettra de construire son identité. Les limites protègent en contenant les pulsions de l’enfant.
  • Pour la famille : elles permettent à l’enfant et aux parents de trouver leur place au sein de la famille et de stopper la toute-puissance.
  • Pour société : Elles permettent à l’enfant de s’épanouir en toute sécurité dans le respect de sa propre personne et de ses parents. Les limites lui permettront de grandir en société d’accepter les lois et de s’adapter à une culture. Le parent exerce sur l’enfant une autorité qui ne peut être remise en cause.

L’autorité juridique, légale et civile : le parent est responsable des actes de ses enfants. Exemple: il ne le laissera pas briser une vitre…

Les parents peuvent être tenus responsables des dommages causés par leurs enfants mineurs.

Prière secrète d'un enfant à sa mère et à son père

Maman, Papa, je vous en supplie, ne me laissez pas croire que mes désirs sont tout-puissants.

Maman, Papa, je vous en prie, prenez le risque de me frustrer et de me faire de la peine, en refusant certaines de mes demandes.

Maman, Papa, c'est important, pour moi, que vous sachiez me dire non, que vous ne me laissiez pas croire que vous pouvez être tout pour moi, que je peux être tout pour vous.

Maman, Papa, surtout entendez mes désirs, mais n'y répondez pas tout de suite. En les satisfaisant trop vite… Vous risquez de les assassiner. Confirmez-moi que j'en ai, qu'ils sont recevables ou irrecevables, mais ne les prenez pas en charge à ma place.

Maman, Papa, s'il vous plaît, ne revenez pas trop souvent sur un refus, ne vous déjugez pas. Pour que je puisse ainsi découvrir mes limites et avoir des repères clairs.

Maman, Papa, même si je réagis, si je pleure, si je te dis à toi, Maman, "méchante et sans coeur…", reste ferme et stable. Cela me rassure et me construit. Si je t'accuse toi, Papa, "de ne rien comprendre", ne m'enferme pas dans mes réactions.

Maman, Papa, par pitié, même si je tente de vous séduire, résistez. Même si je vous inquiète, ne vous soumettez pas, Même si je vous agresse parfois, ne me rejetez pas. C'est comme cela que je pourrais grandir.

Maman, Papa, laissez moi vous dire aussi à chacun que je ne suis que votre fils, votre fille.

Ajouter un commentaire